Ensemble

Ensemble !

 

 

 

Il faut prendre conscience, de nos jours, de l'appartenance des collectivités locales à une autre dimension. 

 

Une dimension qui est l'aboutissement d'une lente évolution dans l'aménagement du territoire, mais qui s'est accélérée au cours des dernières décennies, telles que le prévoyait le dossier "Demain la France, (1) lancé par le gouvernement Balladur.

 

Un territoire, jadis organisé autour de la paroisse, puis des communes au nombre impressionnant de 36 000 découpant un espace essentiellement rural de 550 000 km2.

 

Puis se développent bourgs et cités, bastides et villes. Des villes plus ou moins grandes, qui se doteront de fonctions militaire, administrative, commerciale.

 

Des villes qui draineront vers elles des populations attirées par toutes sortes d'activités, donc d'emplois : industries, services fiscaux, services hospitaliers, ensembles universitaires...entr'autres.

 

Pour satisfaire les nouveaux besoins générés par cet afflux de populations issues des villages, des équipements collectifs devront être réalisés : groupes d'habitation, groupes scolaires, gymnases et terrains de sport, zone d'activité commerciale et industrielle, usine de traitement de déchets, d'eaux usées etc... etc...

 

Des équipements lourds et onéreux auxquels, seules, les petites communes ne pourront faire face.

 

Alors, plutôt que d'être contraintes à une attitude de démission, c'est à une mise en commun de leurs moyens et de ceux de la ville centre, qu'elles choisiront de s'investir, et de se mobiliser comme c'est le cas pour Béziers et son agglomération.

 

 

Avec comme objectif : la création d'une gare TGV, le maintien et le développement de l'Aéroport, le projet d'un grand site touristique sur Fonseranes, le développement d'un enseignement supérieur performant, la réorganisation d'un grand service de déplacement et transport collectif... et tant d'autres projets utilitaires.

 

Oui mais.....

 

Encore faut-il que tous tirent ensemble et dans le même sens.

 

Aussi a-t-on lieu de souhaiter, mieux encore d'espérer qu'entre ville centre et agglo, sinon un mariage d'amour, du moins un mariage de raison puisse être célébré.

 

Il obtiendrait les suffrages de l'ensemble des biterrois et génèrerait une attirance pour de nouveaux arrivants persuadés désormais de ne pas mettre les pieds en terrain miné.

 

 

                                                                              Robert Cavalié.

 

 

(1) NB - A cette occasion, à la demande de Michel CADOT, alors Sous-Préfet de Béziers, un futur directeur de la DATAR, REUSSIR A BEZIERS faisait parvenir un dossier (réflexion sur le devenir de Béziers et de son arrondissement) au gouvernement. Nous y suggérions un rapprochement "Béziers-Narbonne" (on en reparle aujpurd'hui) et un rapprochement "Midi-Pyrénée-Languedoc Roussillon.

 

 

 

 

 

 


Réagir


  • CAPTCHA

Espace Membre