La légende de la dame blanche

 

La légende de la dame blanche

 

 

Louis Fédié nous raconte une belle légende romantique rapportée par les érudits du XIXème siècle qui veut que la Reine Blanche maltraitée par son époux, se serait installée un temps à Peyrepertuse.

 

 

A une époque qui remonte bien loin dans le passé, une reine d'Espagne appelée Blanche de Castille s'était réfugiée dans le château de "Pierre-Pertuse" pour échapper aux dangers qui menaçaient son existence.

 

Traitée par le gouverneur de la forteresse avec tous les égards dûs à son rang et à ses malheurs. elle passait ses tristes journées tantôt priant dans la chapelle, tantôt  se promenant dans la campagne à proximité du château. Les habitants des villages voisins la vénéraient comme une sainte et la contemplaient de loin avec une curiosité mélée du plus grand respect quand elle descendait jusqu'à la fontaine qui coule au pied des remparts. Et là, assise sous un vieux saule pleureur dont les branches se penchaient sur le cristal des eaux, elle passait de longues heures à exhaler ses plaintes d'exilée et à pleurer sur sa destinée de femme sans époux et de reine sans couronne. Un jour, distraite par ses douloureux souvenirs, elle laissa glisser de sa main, un gobelet d'argent qui roula dans un précipice et fut retrouvé longtemps aprés par un berger lequel le vendit au seigneur de Rouillac. Ce gobelet marqué d'un écusson aux armes de Castille était avant la Révolution au pouvoir du Trésorier Royal du pays des Fenouillèdes qui le gardait comme une relique des plus précieuses. Pendant le séjour qu'elle fit à "Pierre-Pertuse" et qui eut une durée de 5 ou 6 ans, la Reine Blanche entendant vanter les vertues curatives des sources de Rennes le Château se rendit à cette station en litière accompagnée par une nombreuse escorte. Elle passa à Rennes toute une saison et n'en repartit que complètement guérie de la maladie dont elle était atteinte, "les écrouelles".*

C'est en considération de son souvenir et de sa guérison que les sources dans lesquelles elle s'était baignée portent son nom : SOURCE DE LA REINE

 

* écrouelles - lésions cutanées - terme de médecine ancienne

Réagir


  • CAPTCHA

Espace Membre