Cordier

Cordier

 

 

En 1781, Guibal-Laconquié, un aveyronnais, avait proposé l'utilisation d'une machine hydraulique pour élever l'eau depuis l'Orb, jusqu'à proximité des remparts. Mais, c'est un autre, d'origine aveyronnaise, Jean Marie Cordier, qui réalisera cet exploit.

 

 

 

 

 

 

 

Plan St Louis

Ancien bassin de distribution en

eau potable

(détruit après la libération de Béziers

 

 

 

Jean Marie Cordier est né à Béziers le 22 novembre 1755. Son père descendu de Belmont en Aveyron, s'établit ouvrier dans la boutique de la Veuve Millet, rue de l'Amour, dont le mari était serrurier. Il en épousera la fille et de cette union naitra Jean Marie dont l'avenir dans la serrurerie semblait tout tracé.

Le soir après son travail d'atelier Jean Marie se plonge dans la lecture, sa grande passion, ce qui lui permettra d'enrichir ses connaissances et la technique pour perfectionner ses créations artisanales et artistiques. L'ouvrier Leprés, expert en dessin et en géométrie, l'aidera à perfectionner sa technique d'atelier. L'abbé Rozier l'initiera à l'histoire et à la géographie. Enfin un spécialiste piscénois lui donnera une approche du dessin d'ornement.

En septembre 1808, le palais de justice de Nîmes veut se doter d'une grille monumentale et somptueuse, aujourd'hui monument historique. Cordier postulera et la réalisation de l'ouvrage lui sera confiée. Il connaitra un triomphe à Nîmes et à Montpellier.

Béziers sa ville natale, lui confiera la réalisation d'une ornementation en ferronnerie.

Celle-ci représente les armoiries de l'Empire, trophées d'armes et aigles, mais également des attributs plus pacifistes représentant l'agriculture et le commerce. Cet ouvrage est destiné à être placé sur la nouvelle halle aux grains qui remplacera l'ancienne église St Félix.

L'oeuvre sera détruite par des sympathisants du nouveau régime heurtés par les symboles.

Cordier sortira meurtri de cet évènement.

Mais Cordier s'interesse aux possibilités offertes par la vapeur. Il se penche sur les recherches entreprises par Olivier Evans et le Baron de Prosny et voudra expérimenter leurs propositions et hypothèses.

En 1811, le Maire de Béziers, le Baron de Néffies, propose au Conseil Municipal un concours doté d'un prix pour celui qui proposerait le moyen le plus sûr, le plus économique, le plus quantitatif et le plus qualitatif pour amener l'eau dans les foyers de Béziers, population à l'époque de 16 000 habitants environ.

Cordier le serrurier se mue en hydraulicien.

 

La suite de l'histoire de ce talentueux biterrois vous sera contée très prochainement.

 

 

 

 

 

 

Réagir


  • CAPTCHA

Espace Membre