Les châteaux ont « droit de Cité »

À BEZIERS...
Du XI ème au XVII ème siècle...
les châteaux et citadelles ont « droit de Cité »

 

 

Une 1 ère fois :

 

Entre 990 et 1045 (?), un premier château est édifié, appuyé sur les remparts (emplacement de la place de la Révolution et du Musée des Beaux Arts). Il sera le premier château vicomtal et comportera, entr’autres, un donjon et une chapelle dédiée au Saint Sauveur. Sa position lui fera "confronter” l’Evêché. Tout en l’isolant. En 1260, il figure encore dans la nomenclature des châteaux, ruinés ou non, de la Sénéchaussée de Carcassonne.

 

 

 Une 2ème fois :

 

Après le "sac" de Béziers par les Croisés, Bernard Aton consentira une "cession forcée" - en 1214 - à Simon de Montfort, de ses possessions de Nîmes et de Carcassonne. Cette cession aura lieu dans un château neuf construit sur un nouveau site. Ceci est rapporté dans une chronique de Mercier et Régis, en 1220. Ce château neuf vicomtal avait été édifié sur un emplacement stratégique, près des remparts "est" de la cité. Là où l’ancienne voie domitienne pénétrait dans la ville, en un lieu dépourvu de défenses naturelles comme c’était le cas, à l’ouest, à l’aplomb de l’Orb. Sans doute instruit de la relative facilité d'investir la cité en descendant du Plateau de Valras (av. St Saëns), le nouveau Seigneur de Béziers avait décidé de ce nouvel emplacement (actuelle place Jean Jaurès).


En 1224, Simon de Montfort mort et Trencavel tentant un retour sur ses terres, la population de Béziers choisit de détruire le château vicomtal.


En 1247, la Vicomté étant récupérée par la Couronne de France, le Sénéchal du Roi Louis IX donne les restes encore debout et le terrain alentour aux Dominicains.


En 1262, Louis IX ne cède pas devant les revendications des Biterrois demandant à être dédommagés du fait de cession à I’ Eglise ou de se voir restituer ces terrains.


En 1347, I’Archevêque d’Auch, Lieutenant du Roi en Languedoc, demande aux consuls de bâtir un nouveau couvent pour les frères prêcheurs dont on avait dû démolir le couvent situé hors les murs afin que les Anglais ne puissent s’y établir. Le nouveau couvent des Dominicains sera bâti en ces lieux avec les pierres et matériaux provenant de l’ ancien château.

 Une 3 ème fois


En 1585, le Maréchal Damville fera détruire ce couvent pour édifier à sa place une imposante citadelle avec bastion. Une fois encore avec les matériaux récupérés sur le couvent démoli. Deux portes seront prévues (Présicadous et Citadelle). Les Dominicains déménageront une fois encore et iront s’ établir près des vieilles prisons, dans la rue Massol (actuel Espace Riquet).


En 1632, Louis XIII fera raser cette forteresse pour punir les Biterrois qui avaient choisi le parti de Montmorency. Lequel Montmorency sera décapité sur la place du Capitole à Toulouse.

 Une 4 ème fois


Il ne sera plus question d’ un nouveau château. Mais en édifiant une caserne pour les Dragons du Roi (l’actuelle caserne St Jacques, qui abrite le Musée du Biterrois et les Services Techniques municipaux) l’architecte d’Aviler avait fait le choix d’un promontoire surveillant la route en provenance d’Espagne qui allait longer les remparts de la ville. C’était en 1695. Cette caserne pourra être considérée comme le dernier "bastion" de Béziers. Marquant sans doute la fin d'une époque : celle des fortifications militaires en milieu urbain.

 

Réagir


  • CAPTCHA

Espace Membre