Aménagement du territoire

 SUR L’AMENAGEMENT DU TERRITOIRE

 

 

Cette première partie de nos articles, concernant notre point de vue sur l’aménagement du territoire, date d’octobre 1994 elle faisait partie de notre bulletin. Nous donnons plus loin notre point de vue actuel.

 

Notre approche d’un pôle gêo-économique Biterrois-Narbonnais.

 

 La politique d’aménagement du territoire que nous appelons de nos vœux doit tenir compte de besoins réels et s’affirmer à partir d’objectifs bien définis.

 

 Tout le monde sait que la « fracture » de notre région, tiraillée à l’est en direction de Sète, Montpellier, à l’ouest vers Toulouse, passe par la ligne de démarcation entre les deux départements de l’Aude et de l’Hérault, à équidistance entre Narbonne et Béziers.

 

 

 

Le schéma proposé corrige les effets pervers des simulations de la DATAR qui laissent à la traîne la branche ouest du grand delta.

 

Nous suggérons un rapprochement, voire une fusion de Midi-Pyrénées et de Languedoc-Roussillon, une force régionale "Languedoc-Pyrénées" pour peser à l'égal de Rhône-Alpes ou de Paca, pour préparer une force d'échanges vers l'Espagne équivalente aux forces d'équilibre et d'échanges vers l'italie, l'Allemagne ou le Benelux.

 

Ce rapprochement permettrait de structurer et d'organiser l'Arc Méditerranéen en y intégrant le Pays Toulousain sur lequel s'appuyer pour relier l'Aquitaine, d'éviter le poids d'une seule métropole centralisatrice en équilibrant la nouvelle territorialité "Languedoc-Pyrénées" à partir d'une métropole régionale (Montpellier) et d'une métropole européenne (Toulouse), de faire un point fort de la soudure indispensable autour du pôle géo-économique Béziers Narbonne.

 

C’est bien là, sur cette zone sensible, qu’il nous faut faire porter tous les efforts, tous les moyens, projeter toutes les espérances, localiser de nouvelles fonctions pour cette agglomération bipolaire en quête d’une nouvelle identité, à la fois économique technologique et d’accueil. Une identité territoriale et économique se superposerait enfin à une identité historique et culturelle.

 

Quelle occasion d'échapper à l'image du passage obligé, du transit et de fixer des activités ouvertes aux bassins d'emplois en difficulté du Narbonnais et du Biterrois. Activités liées à la distribution des services et des marchandises, à l'accueil des touristes à orienter aussi bien vers les plages que vers le tourisme urbain ou l'arrière pays. Activités et débouchés qui appelleront nécessairement d'autres crédits de l'Etat et de la région en direction des instituts universitaires et de formation pour faire face aux besoins d'une population de 350 000 à 400 000 habitants.

 

Dans le cadre de sa politique d'aménagement du territoire, il incombe à l'Etat de choisir, les points d'ancrage sur le territoire des nouveaux réseaux de communication et de transport. Mais s'agissant du débouché de l'A75 sur l'A9 et de la gare TGV en Languedoc Roussillon, l'autorité de cette collectivité territoriale doit se faire entendre et se manifester en termes d'arguments régionaux.

 

Quel dessein novateur et prometteur, par contre, que de s'investir dans la création d'un pôle d'activités économiques à la dimension de la région. A condition de voir grand et loin dans le temps.

 

Seule une infrastructure de base de grande dimension, peut la générer et en faire un des points forts de l'arc Méditerranéen. Au centre géographique du Languedoc-Roussillon, gommant par la même occasion cette ligne de partage et de faiblesse que nous évoquions, les retombées à attendre de cette vision prospective serait ressentie comme une confiance accordée à la population, aux jeunes, aux actifs en devenir, comme une occasion enfin offerte au Biterrois et au Narbonnais de faire la preuve de leur imagination, de leur dynamisme, de leur esprit d'entreprise.

23 ans plus tard

 "Réussir à Béziers" se tourne vers les responsables politiques et économiques concernés : Nous constatons, conformes à nos propositions, qu'a été réalisée la fusion des régions Midi-Pyrennée et Languedoc-Roussillon.... qu'a été réalisée la distinction entre métropole européenne,Toulouse, et régionale, Montpellier. Nous nous en félicitons.

Il convient à présent de structurer un pôle géographique, économique, Béziers- Narbonne corrigeant la fracture  de la nouvelle grande Région, tiraillée entre l'Est et l'Ouest de l'arc méditérannéen. 

 

Réagir


  • CAPTCHA

Espace Membre